22/09/2010

Une idée pour ne plus "collaborer" ...

Et si nous avions envie de donner un coup de pouce à la Wallonie en utilisant le petit pouvoir que nous avons individuellement et qui devient ENORME quand il s'exerce à plusieurs ?

 

Si nous choisissions de dépenser nos sous dans nos régions qui en ont bien besoin (enfin ce qu'il nous reste encore à dépenser en loisirs et futilités!)

 

 

Arrêtons les transferts de nos milliards d'euros touristiques vers la vlaamse kust.

Et si nous suspendions ou annulions nos week-ends ou réservations estivales ???

Et si nous retrouvions le charme de nos Ardennes, de la Gaume, des Fagnes, des Cantons de l'Est , de nos provinces du Sud !

Si la Mer du Nord nous manque tellement ...allons en Hollande : à Cadzand ou Breskens ,Renesse, etc.... nous y serons accueillis les bras ouverts.

A 4 kms de De Panne nous avons ( qui est française) Bray-Dunes, puis Malo-les-Bains , on y parle français et on y mange (et boit) beaucoup mieux et pour beaucoup, beaucoup moins cher !!! A Bray-Dunes plage on y mange des moules ou une aile de raie avec frites et une boisson pour 9 euros !

Ou encore un peu plus loin : Cap Blanc-Nez ou Gris-Nez, Le Touquet. Et le tout par autoroute gratuite !

Et pourquoi pas la Baie de Somme, ses petits ports de pêche familiaux que sont Le Crotoy ou Saint Valéry, le Tréport ou Boulogne sur mer? nous y trouverions des fruits de mer, crustacés, poissons de la pêche du jour à des prix inconnus à Oostende.

Avec un peu plus de temps devant soi et le guide du Routard ou encore celui des gites et maison d'hôtes de France en poche, des compagnies aériennes nous proposent des billets "à pas cher" vers Carcassonne, où Hyères, Toulon, en Bretagne, au pays basque!

Et là c est sûr, nous évitons les sempiternels bouchons de retour de week-end sur l'E 40 !

Si la Flandre veut à ce point exister "seule" , montrez-lui votre mécontentement. Ne serait-il pas temps de réagir au " 't is de moment !!! " des séparatistes nationalistes flamingants en répondant "Het is gedaan!" Et dites-vous bien que si on ne trouvait plus un seul francophone sur les plages flamandes, ils se mettraient vite à pleurer et à revoir leur position !

 

 

On y réfléchit ?

 

@+ Will

19:13 Écrit par Will - will.lebrun@gmail.com | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/09/2010

J'ai vue de la lumière en passant ...

Tu dis ? ... Je vis encore ? ... Mais bien sûr ! Et en pleine forme, va ...

Pas comme le pays ni comme l'Eglise, ça c'est sûr !

« Le pays » commence sérieusement à me donner des boutons !

Pourquoi continuer encore à jouer à se faire peur alors que tout le monde sait comment cela va finir...

Je l'ai déjà dit, répété, seriné : quand dans un couple, un des deux veut partir, l'autre peut danser sur sa tête ... le couple est foutu !

Lorsque j'ai évoqué la séparation dans un précédent post, un de mes lecteurs m'a fait remarquer mon manque de socialisme eu égard à la perte de pouvoir d'achat que va nécessairement entraîner un divorce. Peut-être ! Mais que serait-ce à côté de la perte globale que pourrait entraîner l'arrivée au gouvernement fédéral d'un parti nationaliste pour ne pas dire néo-nazi. Regarde l'inquiétude que crée l'arrivée de l'extrême droite en Suède, rappelle-toi ce qu'avait donné le passage de Jorg Haider au pouvoir autrichien ... Tu crois que ce sera mieux ici ? Alors tant qu'à faire des efforts, faisons-les pour nous !

 

Et l'Eglise ???

Là, c'est le pompon ! C'est « Chante-moi viens vite sur l'air de fous-moi le camp », le grand aria du Bal des Faux Derches ! ... Personne n'a rien fait, c'est la faute à la société !

Donc no comment !

Par contre, un point sur lequel je ne suis pas d'accord (j'ai le droit !), c'est quand on fait l'amalgame entre ce qui se passe et les « religions ».

Les faits et gestes du ou des clergés n'ont rien à voir avec les croyances – la Foi – des individus.

Les faits de ces pervers sont les faits d'êtres humains et leur appartenance à l'une ou l'autre obédience religieuse ne doit pas les protéger: ils ne sont rien d'autres que des employés et cadres d'une société humaine et, posant des actes répréhensibles humains, doivent être traités comme tels...

C'est juste mon avis !

 

@+. W.

19:59 Écrit par Will - will.lebrun@gmail.com | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/09/2010

Évocation poétique d'une situation qui l'est beaucoup moins...

Les Flamingands, chanson comique !

 

Messieurs les Flamingants

J'ai deux mots à vous rire

Il y a trop longtemps

Que vous me faites frire

À vous souffler dans le cul

Pour devenir autobus

Vous voilà acrobates

Mais vraiment rien de plus

 

Nazis durant les guerres

Et catholiques entre elles

Vous oscillez sans cesse

Du fusil au missel

Vos regards sont lointains

Votre humour est exsangue

Bien qu'y aient des rues à Gand

Qui pissent dans les deux langues

Tu vois quand j'pense à vous

J'aime que rien ne se perde

Messieurs les Flamingants

Je vous emmerde

 

Vous salissez la Flandre

Mais la Flandre vous juge.

Voyez la mer du nord

Elle s'est enfuie de Bruges.

Cessez de me gonfler

Mes vieilles roubignoles

Avec votre art flamand-italo-espagnol.

Vous êtes tellement tellement

Beaucoup trop lourds

Que quand les soirs d'orage

Des chinois cultivés

Me demandent d'où je suis,

Je réponds fatigué

Et les larmes aux dents :

"Ik ben van Luxembourg".

Et si aux jeunes femmes,

On ose un chant flamand,

Elle s'envolent en rêvant

Aux oiseaux roses et blancs

 

Et je vous interdis

D'espérer que jamais à Londres

Sous la pluie on puisse

Vous croire anglais

Et je vous interdis

À New-York ou Milan

D'éructer Messeigneurs

Autrement qu'en flamand

Vous n'aurez pas l'air cons

Vraiment pas cons du tout

Et moi je m'interdis

De dire que je m'en fous

Et je vous interdis

D'obliger nos enfants

Qui ne vous ont rien fait

À aboyer flamand

Et si mes frères se taisent

Et bien tant pis pour elles.

Je chante persiste et signe :

Je m'appelle Jacques Brel ....

17:48 Écrit par Will - will.lebrun@gmail.com | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/09/2010

Allons Enfants de Wallonî-îîe, le jour de gloire est arrivé ...

« Rien ne sert de courir – dit la tortue au lièvre – il faut partir à point »...

On aurait dû appliquer ce précepte depuis longtemps à la gestion de la Belgique.

Et arrêter de vouloir coller des morceaux qui n'ont jamais fait un ensemble autre qu'anecdotique.

J'ai vécu assez longtemps à l'étragner pour savoir que si un Wallon se présente volontiers comme Belge, un Flamand – lui- reste avant tout Flamand !

Mais gratte et tu verras que le nationalisme flamand lui-même n'est qu'un leurre, un repli né de la peur de la solitude car même entre eux ils ne se rencontrent pas: demande à un gars de Coxyde ce qu'il a en commun avec un Limbourgeois de Genk ...

Mais ne chipotons pas !

Dans le débat actuel, ne nous trompons pas, ce sont bien les Flamands qui demandent le divorce.

Alors, comme le mariage n'a rien d'une union amoureuse, pourquoi ne pas le leur accorder ?

J'entendais, sur une chaîne èrtébéenne, Herman De Croo, le père de l'autre, émettre des doutes sur la capacité des Wallons – Portugais du Nord selon lui (ce dont nous pouvons être fiers pour autant que l'on considère les Lusitaniens , par leur force de travail, comme étant les Allemands du Sud !!!) - de s'en sortir seuls ...

Et d'invoquer dans son « résonnement » la déclaration de Rudy Demotte en la qualifiant d'artifice de conversation et ensuite la liquidation de la dette et le spectre des taux d'intérêts de nos créanciers...

Beau discours populiste – pardon, libéral – que celui-là... On dirait du Modrikamen ... C'est mal connaître notre ministre-président que d'imaginer qu'il se laisse innocemment aller à des « artificies de langages et des effets d'annonce » par hasards ...

En ce qui concerne la dette, Monsieur De Croo (qui connaît bien son sujet puisque dans la même interview il parle de l' « ignorance des électeurs » dont lui et ses pairs de droite font leur fonds de commerce) oublie à l'instar de Monsieur Dee Wever d'ailleurs de prévenir ses auditeurs que la plus grosse partie de la dette est composée de la « dette extérieure ». Cette dernière provient pour sa plus grande part des sommes dues à l'étranger par des entreprises privées belges et garanties par l'Etat aux termes des accords commerciaux passés entre notre Etat fédéral et les autres pays concernés.

Or – et les Flamands ne se gènent pas de se servir de cet argument pour humilier leurs voisins du Sud – où se trouve la majorité des entreprises belges susceptibles de souscrire à cette dette extérieure ? En Flandre pardi !

Et de quelle « nationalité » est composée la majorité des personnels de ces sociétés ? Flamande pardi !

Et quelles entités territoriales profitent des implantations de ces sociétés ?

Les entités flamandes pardi !

Et on voudrait que celà soit un argument pour inciter les Wallons à plier la nuque devant le Duce du Nord ?

Dimanche dernier un participant flamingand du Gordel disait « Chaque lapin dans son clapier ! » ce à quoi j'ajoute «  et ses petits avec lui ! »...

 

L'impression que je retire de tout cela est que – maintenant, la classe dirigeante sensée a peur ! Peur de ce qu'ils ont laissé filer en donnant des ailes à la N-Va, peur des conséquences pour leur avenir...

 

Ils peuvent !

A Tournai on dirait que Bart de Wever – à l'incitation de Leterme – a voulu « jouer les Mimile »... Qu'avec lui – une fois – les Wallons allaient voir ce qu'ils allaient voir ...

Et 730 000 nostalgiques du pangermanisme l'ont plébiscité ! Sans se douter qu'ils lui jouaient-là le pire des tours qu'ils pouvaient lui jouer ! Car en réalité, le Bart, il n'avait (et n'a toujours pas !) la moindre idée, le moindre projet, le moindre programme pour « les » Belgiques de demain ...

Sa réaction fut donc à la hauteur de sa vacuité : il se borna à laisser les autres se débrouiller avec « leurs » problèmes et « ses » exigences...

Bien sûr le résultat du dialogue de sourds qui s'en suivit ne put être qu'un échec. Qui – bien entendu ! - ne pouvait lui être imputé : ce n'est pas lui qui a mené les négociations !!!

Et c'est ainsi que dans une de ses éditions du 06 septembre, le quotidien « Le Monde » évoqua en parlant de la Belgique, un pays « malade du populisme »...

Bart De Wever considèrera cet avis comme parler dans son dos – ou comme il le dit lui même avec charme et élégance « à son cul »...

A moins qu'à force, celui-ci lui ait remplacé le cerveau !

 

 

@+ Will

18:08 Écrit par Will - will.lebrun@gmail.com | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |