19/03/2010

Sécurité... le vrai débat ?

Lorsqu'ils sont à bout d'argument, de projet ou d'idée tout simplement, les factions politiques de droite mettent sur le tapis le problème de la sécurité...

Non pas bien sûr pour en chercher et réduire les acuses mais pour annoncer que l'on pense à réfléchir à un remède à appliquer aux effets.

En d'autres termes et pour faire simple, on se sert de la peur que l'on suscite chez les gens pour faire parler de soi ...

Là où j'habite – une entité rurale sous régime totalitaire libéral – le MR a établi son pouvoir absolu en jouant notamment cette carte de persuasion massive...

Ils sont même allé jusqu'à promettre qu'avec eux cela allait changer ! ...

Et bien, ce n'est pas comme en France avec Sarko où rien de ce qu'il promet n'arrive : avant on parlait de temps en temps d'un cambriolage... maintenant c'est presque toutes les semaines et je ne sais pas tout ! ...


Par contre qui parle de la vraie insécurité, celle qui vous plombe une vie, celle qui vous nique les espoirs d'avenirs de vos enfants voire qui vous pousse au suicide ? 

De celle-là d'insécurité, « ils » n'en parlent jamais !

Et pourtant, ils en sont responsables ...

Si pas toujours directement, toujours objectivement !


Si on demande au citoyen lambda, le mot qu'il associe à celui de « sécurité », dans plus de 80 % des cas il dira « emploi » ou « travail »...Sécurité de vie, de logement, de santé, d'avenir...

Or, à l'heure actuelle, c'est la composante la plus fragile de notre quotidien.

La crise financière étant calmée – grâce aux efforts financiers consentis par les Etats (donc des contribuables à qui on n'a pas demandé leur avis) aux banques, les conseils d'administration et les assemblées d'actionnaires vont maintenant vouloir rattraper le temps perdu.

Au détriment de qui ? ... Mais des travailleurs, pardi !


Et ça, ces attaques contre le travail, jamais elles ne sont sanctionnées concrètement alors que dans bon nombre de cas elles pourraient être assimilées à des assassinats ou à des rackets...

A-t-on déjà parlé de Madoff en termes de tueur en série ? Ou le patron de Carrefour, celui de France Télécom, celui d'Opel, etc ...

Et pourtant sans jouer les experts d'« Esprits criminels », ils en ont le profil et les résultats qui atteignent des records...


Tu dis ? ... Oui, c'est vrai, 1700 emplois perdus ce ne sont plus des personnes, ce sont des chiffres !


A gerber !


Will.

18:55 Écrit par Will - will.lebrun@gmail.com dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.