15/03/2010

Gauche-Droite : 1-0

Le 14 mars 2010 restera dans l'Histoire de la Vème République française comme le jour où le peuple français a désavoué celui qui se prenait pour la dernière réincarnation de Jules Bonaparte et de César Napoléon réunis...

Quoi que pouvaient en dire, hier dès 20:00 les Xavier Bertrand et François Fion... l'UMP bandait mou.

Quelle claque ! Quelle torgnole ! ...

Ce matin Sarko invoquait l'abstention et tentait de minimiser les dégâts à son ego, mais i on traduit plus prosaïquement, les abstentionnistes lui ont dit « On s'en fout !» et ceux qui ont voté à gauche « On t'emmerde ! »... Et si ce n'est pas cela, ça y ressemble fort !

On pourrait essayer d'analyser ces résultats d'une manière habituelle en termes de tendances, de variances, de régions aussi... Mais on n'est pas au deuxième tour et les jeux ne sont pas faits...

Autour de Sarkozy, il y a un tas de gens valables étouffes par l'ego sur-dimensionné du « Maître ». Il suffisait de voir Rama Yade, brillante, intelligente, s'empêtrer entre discours officiel élyséen et commentaires sensés...

Et – vue d'ici – c'est surtout « ça » que les Français ont sanctionné: une politique personnelle dont ils sont et les prétextes et les victimes mais même pas les enjeux.


Pourquoi je te parle de ça aujourd'hui ? 

Tout d 'bord parce que je ne boude pas mon plaisir de voir les camarades français reprendre du poil de la bête. C'est plaisant de voir que nos idées continuent à être porteuse de l'espoir des peuples?


Et également parce que si on y regarde bien, peu de choses nous séparent, nous Wallons, de ce qui se passe outre Quiévrain.

Sauf peut-être les résultats des Le Pen à Nice et Hénin-Beaumont...

Ils sont assez significatifs de ce que je chante depuis toujours. 

 Hénin-Beaumont est le fief de ceux qui ont presque tout perdu et qui font payer leur humiliation en se vengeant sur bouc émissaire qu'on leur désigne. Même si ce n'est pas le bon, il sera l'exutoire d'une honte retenue depuis trop longtemps... 

Cela ne te rappelle rien ?

Et aux antipodes sociales, il y a Nice, le fief de ceux qui ont tout à perdre. Tous les deux – en apparence - dans le même camp... Mais pas dans les mêmes classes !

Comme on le voit un simple exercice électoral peut démontrer que tout est possible même l'impensable. Et cela devrait sinon faire peur, tout au moins donner à réfléchir.


Chez nous, en Wallonie, nous pourrions nous réjouir de l'inexistence de l'extrême droite déclarée grâce aux bras cassés néofachonazillons eux-mêmes qui se sont entretués pour des raisons totalement étrangères à la politique. Mais ce serait aller trop vite, ce serait se réjouir trop vite...


Si les électeurs sont intelligents, une grande partie d'entre elles et eux, soit par manque de moyens, soit par manque de temps, soit par manque d'intérêt ne jouit pas d'une culture suffisante en général et politique en particulier. Ce n'est pas un reproche, mais cela induit chez ces personnes une tendance à se limiter au premier degré de réflexion face à un argument, un fait, un slogan ou un préjugé.

Exemple: on nous dit qu'il y a trop d'immigrés et que ceux-ci viennent prendre le travail des Belges. Mettons les choses en place, le nombre d'étrangers tous âges (entre 5 et 99 ans) résidant en Belgique en 2001 n'excédait pas 8,5 % de la population totale !!! Et quand on parle d'étrangers, on parle de non-Belges sans distinction européenne ou non. Maintenant bien sûr quand on vous dit que la petite délinquance à Molenbeek-Saint-Jean ou à Schaerbeek est en majorité le fait des jeunes maghrébins, si on se base sur le faciès on aura raison car mathématiquement in y a plus de jeunes d'origine maghrébine ou turque que d'autres mais cela peut laisser sous entendre que la grande délinquance est le fait des Belges !!!

Mon raisonnement est ridicule ? Pas plus que celui des racistes qui n'ont d'autres buts que de déstabiliser la société pour y installer leur totalitarisme.


Il est plus facile de chercher un coupable que de trouver des solutions surtout quand on sait que la solution ne se trouve pas chez les autres mais en nous mêmes...

Et c'est là que se situe le danger: si nous n'avons pas d'ED déclarée,la place restée vacante est tout doucement occupée par ce que j'appellerai  une ED « mesquine », le BCBG de la politique, une sorte d'imprécateur à l'imparfait du subjonctif, un nouvel aumônier des galères... 

Le populiste !

Celui qui émeut le bon sens populaire, celui de qui on dit « Tu vois, il pense comme moi ! », celui qu'on ne voit pas se transformer, te transformer au point qu'un jour tu te dis  « je pense comme lui » et il sera trop tard car il aura pris le pouvoir sur nos vies et non seulement tu penseras mais tu feras ce qu'il te dit de faire...

Hitler, Mussolini, Pinochet, Salazar, Degrelle, Franco, Mobutu, Amin Dada, j'en passe et des féroces, n'ont rien fait d'autre même si au début – comme on pourrait le faire aujourd'hui avec certains – on n'aurait pas parié un cent sur leur succès...

Tu as vu les dégâts ?

Sur quelle corde ont-ils joué ? Simplement sur les bas-instincts humain... Tout simplement.


Quand Le Pen attaque l'islamisme, il n'a pas tort mais que fait-il lui avec les fondamentalistes chrétiens ? Sont-ils meilleurs au prétexte qu'ils appartiennent à notre culture ? Doit-il faire l'amalgame entre les « fous de Dieu » et les travailleurs sous prétexte qu'ils sont originaires de la même région?

Je sais que à chaque question, maintenant tu vas me répondre non mais dans un autre contexte qu'aurais-tu dit ?


On est loin des régionales françaises... je sais.

Je vais te laisser pour aujourd'hui.



@+. Will...

23:42 Écrit par Will - will.lebrun@gmail.com dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.