12/09/2009

Je me demande ce que les Zouaves viennent faire là-dedans ...

Je disais dans mon dernier post que l’actualité des dernières semaines ne nous avait rien donné de nature à nous émouvoir… Tu vas être d’accord avec moi, les jours se suivent mais ne se ressemblent pas !

Tout d’abord nous avons eu droit à un électrochoc pédagogique avec la décision de la ministre Simonet de bousculer le bien-être relatif des profs… J’y reviens !

Ensuite on a eu droit à « Reynders Frères et Sœurs, le retour ».

Enfin – mais qui aurait cru le contraire – De Wever (Porcinet comme disent certains néerlandophones) râle sur les Wallons ! …

Oui, j’oubliais ! On a encore une fois – rentrée oblige – parlé du port du voile dans les écoles…

En ce qui concerne les réflexions de Marie Dominique Simonet, après le choc des premiers instants et la relecture de ses explications, on peut comprendre que sa tâche n’est pas facile. Enfin, le contexte de sa tâche.

Comme elle le souligne, elle est gênée aux entournures par la situation budgétaire et financière de l’Etat, crise oblige… Et c’est bien là que le bât blesse… Que la crise financière – qui est devenue économique – soit répercutée sur les tractations bancaires et sur les flux financiers, vu l’état de déréglementation du secteur, on pourrait encore comprendre (comprendre ne veut pas dire admettre). Que ces errements soient couverts par le contribuable est en soi déjà inacceptable mais qu’en plus, l’avenir de nos enfants soient hypothéqué par le rabotage que vont subir les moyens pédagogiques… la borne est dépassée.

On va essayer de nous faire avaler que ce sont les profs qui sont les mauvais parce qu’ils ne veulent pas prester 22 à la place de 20 ou 21 heures… Faites un référendum dans leurs rangs vous serez étonné du résultat. Ce n’est pas le temps qui leur manque mais les moyens de le rentabiliser, les moyens de transmettre leur savoir. Et comment se traduit ce malaise ? Par une pénurie de prof … Quel jeune va encore se lancer dans une carrière dépréciée, aux moyens rudimentaires et pour un salaire à la limite du Minimex…

Affaire à suivre en restant zen !

La saga des Reynders… Je ne vais pas revenir sur ce que j’ai déjà dis et répété. Il n’y a pas pire aveugle que celui que ne veut pas voir clair. On aurait déjà dû examiner le problème en profondeur lors des élections avec l’épisode Facebook, quand on a eu des soupçons de collusion entre les mondes politique (dont l’épicentre se situait au cabinet du Ministre des Finances) et judiciaire. Il faut un début de règlement de compte à la Colomba pour qu’on se demande si par hasard il n’y aurait pas anguille sous roche …

Je pose la question que je n’ai pas encore eu le bonheur de lire : « de qui se moque-t-on ? ».

A propos de De Wever… il continue… Quoi dire d’autre ? Il y a quelques mois, il pouvait compter sur l’alliance objective de la droite reyndersienne du MR. Mais comme ils sont en perte de vitesse et ce même à l’intérieur de leur propre formation…

Reste le voile ! … Mais quelle affaire ! Si on en parlait moins, il ne serait pas brandi comme un emblème de contestation par les intégristes. C’est vrai que pendant qu’on parle du voile, des horaires des profs et de De Wever, on ne pense pas à la diminution du niveau de vie ni au réchauffement de la planète ni – encore moins – à la limitation de nos libertés.

On veut interdire à ces femmes et ces filles un artifice vestimentaire sous prétexte qu’il est un obstacle à leur liberté… Et l’interdiction de le porter c’est quoi ?

Bon week-end.

Will…

18:53 Écrit par Will - will.lebrun@gmail.com dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.